Gbv

Rapid Gender Analysis North West Syria (Idleb and Aleppo)

This Rapid Gender Analysis (RGA) focused on gendered work practices and attitudes, access to services, protection and coping mechanisms. Past research indicated that the role of women has been further marginalised during the protracted conflict and there was gap in information around gender dynamics, trends, roles and responsibilities and power dynamics in Idleb. Understanding these trends and patterns helps to inform program activities and procedures, including how to better target women and girls in ways that are safe, equitable, and empowering within the local context. Information about effective male engagement is also required to understand what actions and processes are useful to help reinforce the work of supporting women, elderly women and men and adolescent women and men during the protracted crisis.
The RGA focused on the Aleppo and Idleb Governorates in North West Syria. The objectives are focused on capturing the approach that has worked in reaching and supporting vulnerable women and men of different ages under the Water, Sanitation and Health (WASH), shelter, rapid response, cash for work / livelihoods and protection sectors; analyse the level, type and extent of changes that have occurred and are taking place as a result of conflict and displacement at household and community levels in relation to gender and power differentials (structure, relations and agency) and the reasons / factors behind those changes,; review the functionality of formal or informal support structures established for Gender Based Violence (GBV) survivors of any age and to develop a set of actionable recommendations, short and medium-term, based on key findings. Read More...

BASELINE SURVEY REPORT FOR ACCESS PROTECTION EMPOWERMENT ACCOUNTABILITY AND LEADERSHIP (APEAL) PROJECT

APEAL Project Overview: APEAL project was designed to deliver a comprehensive, evidence-based and people-centred Protection & Gender-Based Violence (GBV) sector response for recent and newly-arrived refugees from DRC settling in Western Uganda. The one year project is implementing a harmonized intervention package of targeted protection and GBV life-saving assistance with a particular focus on extremely vulnerable individuals.

APEAL Project Baseline Survey: The APEAL project baseline survey was commissioned with the overall objective of collecting values against all outcome level indicators as per the approved project Log Frame. This baseline survey report was compiled based on a cross-sectional survey of individual new DRC arriving refugees and host community members in the project area. Read More...

GBV Localization Mapping Study

Despite the presence of global commitments to GBV localization, including the 2016 WHS, the Grand Bargain, and the Call to Action on Protection From GBV in Emergencies2, there is little evidence to suggest that the protection of women and girls is being adequately prioritized or that women and WLOs are meaningfully integrated as change agents in response initiatives (Latimir & Mollett, 2018). The Global Protection Custer (GPC) remains significantly underfunded, with the GBV Sub-Cluster particularly underfunded when compared to other cluster areas (Fletcher-Wood and Mutandwa, 2018).

Global humanitarian funding data reported to the Financial Tracking System (FTS) between 2016 and 2018 found that GBV accounted for just 0.12% of all humanitarian funding, which represented only one-third of all GBV funding requests
(IRC, 2019). Localized funding across all humanitarian response remains strikingly low, with local agencies receiving just
0.4% of all humanitarian assistance funding in 2015 and 0.3% in 2016 (IRC, 2017). Currently, financial tracking mechanisms neither provide a means to report how much funding is targeted to women and girls nor how much funding is received by WLOs (Fletcher-Wood & Mutandwa, 2019). Read More...

Rapport d’evaluation Finale du Projet de Soins de Sante Primaire et Protection/VBG

Le projet soins de santé primaires et protection VBG est un projet qui vise à fournir des soins de santé primaires d'urgence et une réponse à la violence sexiste aux communautés déplacées et hôtes avec un meilleur accès aux soins de santé primaires, dans les zones de santé de BUTEMBO et LUBERO, il comprend un volet accès à la réponse à la violence basée sur le genre, ainsi qu'à des messages sur la prévention des IST et des grossesses non désirées, la prévention de la violence sexiste, l'information et la prévention en matière de Santé Sexuelle et Reproductive, maladies d'origine hydrique, y compris la prévention du choléra.

Tous les indicateurs tel que défini dans le projet ont fait l’objet d’une analyse triangulée qui a permis de mettre en exergue l’état actuel (final) de chaque indicateur dans la zone de mise en oeuvre du projet comparativement à l’état initial des indicateurs lors de l’évaluation de base.

Ainsi dans le premier out come, soutient au système de santé, il a été constaté que toutes les structures ciblées par le projet ont été appuyées lors de la mise en oeuvre du projet, il s’est remarque une augmentation des consultations curatives à hauteur de 121667 grâce à l’appui accordé par le projet OFDA dans les différentes structures sous appuie, une réhabilitation de 6 structures et deux BCZS dans les deux zones de santé a été possible grâce à l’appui du projet, mais aussi une augmentation significative dans le rapportage des données épidémiologiques qui est passé de 83% lors de la Baseline à 93.1% après la mise en oeuvre du projet. Cette performance a été possible grâce à l’appui apporté par le projet à travers le renforcement des prestataires des soins de santé et des volontaires communautaires sur la surveillance et le rapportage des maladies communautaires.

Dans le deuxième out come, Santé de la reproduction, il a été constaté que toutes les structures ont connu une baisse de fréquentation de CPN, CPON et CPS suite à la situation de la MVE qui se vie dans les deux zones de santé, certaines structures ont été contraints à une fermeture temporaire suite au vandalismes des infrastructures sanitaires par la population de ces aires de santé ( environnement sanitaire dégradé, biens des FOSA saccagé , certaines structures brulés) résultats de la méfiance qu’à la population pour la riposte à la MVE, cela a fait que certaines femmes ne fréquentes plus le CPN et CPON et se fassent à coucher à la maison de la manière traditionnel au risque de mettre leur vie en péril.

Dans le troisième out come, maladies communicables, les structures ont rapporté une augmentation des cas des diarrhées, paludismes, IRA, cette augmentation est due au fait qu’à travers les sensibilisations faites à travers les activités du projet, et le renforcement des capacités des volontaires communautaires sur la surveillance communautaire (identification et rapportage des maladies communautaires courantes) plusieurs cas ont été rapporté et prise en charge dans les 22 structures appuyées dans les 2 zones de santé.

Dans le quatrième out come, (santé communautaire ; les résultats issus de cette enquête montrent que là plus part des RECOs identifiées ont été formé et sensibilisé sur la surveillance communautaire à travers plusieurs formations sur la prise en charge des maladies communautaires courantes, et à travers plusieurs dialogues communautaires Read More...

ENHANCING THE FOOD SECURITY AND LIVELIHOODS COPING MECHANISMS FOR CONFLICT AFFECTED COMMUNITIES IN IMOTONG STATE

CARE South Sudan has been operating in the former Eastern Equatoria State (now Imotong State) since 2015. Since fiscal year to 2017 to 2018, CARE South Sudan, received funds from SDC to support improve the resilience capacity of food insecure and conflict affected communities of Torit County and Pageri Administrative Area of Imotong State, South Sudan. The project was aimed to improve the food security, livelihoods, gender relations at household level and peaceful coexistence among 2,900 households (approximately 17,400 individuals). The target Bomas of the project Fodofodo, Ifuanyak, Nyong and Ilangi in Nyong Payam; Moti/Enyif in Ifwotu Payam in Torit County. Abila, Anzara and Rei in Nimule Payam and Avumadria, Masindi, Bilinya and Gandzi in Mugali Payam of Pageri County. Read More...

Network Engage Transform Project

Chrysalis an affiliate of CARE International and implements the NET (Network, Engage, Transform) project under the European Instrument for Democracy and Human Rights (EIDHR), which is a is a thematic funding instrument for EU external action aiming to support projects in human rights, fundamental freedoms and democracy. The objective of the project is to promote women’s voice and meaningful political representation to prevent and address sexual and gender based violence in 6 Divisional Secretary Divisions (DSDs) in Kilinochchi and Mullaitivu Districts in the North of Sri Lanka.
The project targeted 420 women leaders from 60 Women’s Rural Development Societies and Women’s Affairs Societies (WRDS/WAS), 6 Gender-based Violence Forums and other networks, including 60 State officials working for the benefit of 60,000 women spread over 6 Divisional Secretariat Division (DSDs) in Mullaitivu and Kilinochchi. Chrysalis partnered with the Women’s Action Network for Transformation (WANT) and the Community Development Organization (CDO) to implement the action. Read More...

ETUDE SUR LA VIOLENCE CHEZ LES JEUNES

La présente étude jeunesse & VBG vise à dresser un état des lieux de la violence chez les
jeunes dans les régions de Ségou, Mopti et Tombouctou au Mali, et à comprendre les causes,
les conséquences/ manifestations et les préventions des violences chez les jeunes.
Pour ce faire, Care Mali et ses partenaires le consortium AMAPROS & ASSAFE à Ségou,YAG TU à Mopti et enfin le consortium ARDIL/CAID à Tombouctou, ont constitué une équipe de recherche afin de conduire une vaste étude de recherche qualitative auprès des MJT, des hommes engagés, les communautés dans les régions de Ségou, Mopti et Tombouctou.
Une revue documentaire a permis de consulter plusieurs documents, mais, en dépit de cela, il est à noter que certaines données, notamment quantitatives, ne sont pas disponibles ou impossible de les obtenir auprès des services de l’état par manque d’existence d’une base de données.
La violence compromet le bien-être physique et psychologique des jeunes garçons et des filles. Cette situation peut avoir des effets psychologiques à long terme sur les enfants et provoquer des séquelles, des abandons scolaires et, ce faisant, compromettre la réalisation de l’Objectif du Développement Durable(ODD), de même que la participation pleine et entière des jeunes garçons et des filles à la marche de la société. La prévalence, la fréquence et l’intensité de la violence dans la société n’a pas encore fait l’objet d’une étude approfondie et systématique au Mali concernant uniquement la jeunesse comme cible Cependant, les études disponibles sur les violences révèlent qu’il conviendrait d’améliorer la situation dans la société, si l’on veut qu’elle devienne un environnement sûr et protecteur pour les jeunes. Read More...

Evaluation à mi-parcours du Projet « Partenariat Contre le Trafic, l’Exploitation des Enfants et les Violences faites aux Filles aux Femmes (PACTE pour les Enfants et les Femmes) »

L’évaluation du Projet « Partenariat contre le Trafic, l’Exploitation et les Violences faites aux Filles et aux Femmes (PACTE pour les Enfants et les Femmes) » a fait ressortir les points suivants.
D’un point de vue pertinence, les objectifs du projet PACTE sont en phase avec ceux de la Politique Nationale de Protection de l’Enfance (PNPE) et répondent à des problèmes existants bel et bien dans les communautés :
 Pour 90% des personnes enquêtées, les phénomènes de trafic, d’exploitation et de violences faites aux filles et aux femmes sont effectivement une réalité, et 47% estiment que cela existe bel et bien dans leurs localités ;
 80% reconnaissent les phénomènes de trafic, d’exploitation et de violences faites aux filles et aux femmes comme des fléaux et trouvent qu’il faut s’en préoccuper.
Un an et demi après le début de la mise en oeuvre, l’évaluation révèle aussi que l’arsenal d'acteurs s’investit selon leurs domaines de compétence et parcelles de pouvoir à l’exercice d’éradication des phénomènes de trafic des enfants et des violences basées sur le genre identifiés dans les zones :
 Les acteurs impliqués dans la mise en oeuvre sont bien emmaillés sur les espaces couverts.
 Les groupements AVEC installés par les équipes des ONG et OSC partenaires de CARE Bénin/Togo dans les communes d’intervention du projet sont des creusets d’échanges qui facilitent la mise en oeuvre des activités du projet.
 186 leaders ont une bonne connaissance du projet et 6% sont impliqués dans la dénonciation des cas de violence envers les enfants et les femmes dans leur communauté. Read More...

Etude de base du Projet PACTE

Suite à de nombreuses études au Bénin, il a été révélé qu’au moins 7882 enfants vivent en situation d’exploitation dans les marchés ; 7,2% sont victimes de rapts et séquestrations ; 1,4% sont violées et harcelées sexuellement et 89% font l’objet de traite.
CARE est une Organisation Non Gouvernementale qui intervient au Bénin depuis 1999. Grâce au financement de l’Union Européenne, CARE BENIN/TOGO met en oeuvre le projet « Partenariat Contre le Trafic, l'Exploitation des Enfants et les Violences faites aux Filles et aux Femmes » (PACTE) qui vise à contribuer à l'éradication de l'exploitation et des violences envers les enfants et les femmes au Bénin.
Le projet PACTE intervient dans quatre (04) départements, à raison de deux communes par département : Karimama, Malanville, Kalalé, Nikki, Djougou, Ouaké, Kétou et Pobè.
Pour apprécier les changements induits par le Projet, CARE a initié l’étude pour (i) identifier la valeur de base des indicateurs et(ii) analyser les connaissance, attitudes et pratiques sur la question du trafic, l’exploitation des enfants et les violences faites aux femmes et aux enfants. Read More...

BASELINE SURVEY AND GENDER ANALYSIS FOR “STAND UP, SPEAK OUT: BREAKING THE SILENCE AROUND GENDER BASED VIOLENCE AMONG ETHNIC MINORITY COMMUNITIES IN NORTHERN VIETNAM”

CARE Vietnam (CVN) in coordination with stakeholders is implementing the Project titled Stand Up, Speak Out: Breaking the silence around gender based violence among ethnic minority communities in Northern Vietnam, which is a part CARE’s Remote Ethnic Minority Women’s Program. In CVN’s programming, Gender based violence (GBV) is considered as one of the three focus thematic areas. Within the REMW Program, GBV will be addressed through three dimensions: a) Protection (legal protection, literacy, reform), b) Prevention and Response (engaging with initiatives of others, promoting access to services), and c) expanding the scope of the national agenda to focus on GBV. ”Stand Up, Speak Out” project (SUSO) aims to promote all of the three dimensions for addressing GBV: Protection (legal protection, literacy, reform), through Prevention and Response (engaging with initiatives of others, promoting access to services) and through expanding the scope of the national agenda to focus on GBV.
Proposed actions will challenge the harmful gender norms that accept and normalize GBV in ethnic minority communities, by taking a multi-level, multi-sectoral approach. The project will tackle the taboo nature of GBV by increasing the awareness and understanding about GBV among ethnic minority community members, authorities and service providers. It will work with service providers to improve the support services available for ethnic minority survivors of GBV. At the policy level the project will strengthen implementation of the National Action Plan on GBV through the development of tools and processes that align with the National Action Plan’s priorities and by undertaking advocacy in partnership with an alliance of Vietnamese civil society organisations (CSOs). The project will use a rights based approach to tackle intersectional discrimination by targeting ethnic minority groups in remote and rural areas and being sensitive to GBV survivors with disabilities.
Read More...

Filter Evaluations

Clear all