French

EVALUATION A MI-PARCOURS PROGRAMME CONJOINT “MENYUMENYESHE”

Depuis Décembre 2015, l’Ambassade des Pays Bas au Burundi a financé, un programme conjoint dénommé "MENYUMENYESHE" qui vise l’appui à la santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes au Burundi. Ce programme est mis en œuvre à travers tout le territoire national par le consortium constitué de l’UNFPA, CORDAID, Rutgers et CARE Burundi qui en assure le lead. Ce programme prévoit de couvrir de façon progressive 1,1 millions d’adolescents et de jeunes (10-24 ans) pendant 5 ans. Il s’est entre autre assigné de contribuer aux solutions durables pour améliorer la SSRAJ en mettant en place des systèmes qui seront à long terme soutenus par le Gouvernement. Dans une vision holistique, ce programme a ciblé quatre domaines de résultats: au niveau de i) l’éducation, de ii) la Santé, de iii) communautaire et de iv) la coordination.

Au terme de 3 années de mise en œuvre, la présente évaluation à mi-parcours rentre dans le but de documenter et mesurer la qualité de la mise en œuvre du programme. Il s’agit d’une évaluant qualitative de la portée des résultats atteints au niveau de la coordination et plaidoyer, de l’éducation et de l’offre des services SSRAJ et de la satisfaction des bénéficiaires tout en identifiant les défis qui influencent sa mise en œuvre. Read More...

Renforcement des Organisations de la Société Civile pour accroître leur contribution au processus de gouvernance et au développement

Le Projet de Renforcement des Organisations de la Société Civile mis en œuvre pour 26 mois au Burundi, par un consortium de trois ONGE (CARE International comme lead, OXFAM et ACTION AID) avait l’objectif d’accroitre la contribution des OSC dans le processus de gouvernance et dans le développement. Les interventions de ce projet ont touché les 18 provinces du pays pendant une période allant du 01 décembre 2016 au 31 janvier 2019.

Pour mieux renseigner les acquis et les effets du projet, les leçons apprises et les mécanismes pouvant guider les interventions ultérieures dans le domaine de renforcement de la société civile burundaise, une évaluation externe finale du projet a été commanditée et menée de façon participative et interactive. Read More...

Rapport d’Evaluation Multisectorielle dans les zones de santé de MIABI et Tshilundu au Kasaï Oriental; de Kamiji, Luputa à Lomami et Yangala au Kasaï Central

Le présent rapport fait état de la situation humanitaire des populations vivant dans les zones de santé de Kamiji et Luputa dans la province de Lomami, Cilundu et Miabi dans la province du Kasaï oriental puis Yangala dans la province du Kasaï Central. Pour parvenir à la collecte des informations attendues, nous avons fait recours à une méthodologie diversifiée utilisant les techniques d’enquêtes dans les ménages, les entretiens avec des informateurs clés, des focus groupes avec des groupes spécifiques dont les femmes, les commerçants, des autorités locales, ect ; des observations directes libres et/ou guidées ainsi que l’exploitation de documents existants. Read More...

ETUDE SUR LE PLAIDOYER ET L’INCLUSION FINANCIERE DANS LES REGIONS DE SEGOU, DE MOPTI ET DE TOMBOUCTOU

L’une des composantes du PEF GS vise essentiellement à promouvoir l’autonomisation économique ou pouvoir économique des femmes et des filles dans les zones d’intervention du projet. Cependant force est de reconnaitre que cette vision tarde à atteindre la globalité des objectifs de la composante qui est âprement inscrite dans la théorie de changement du projet.
Même si les femmes ont atteint un niveau réel et tangible dans leurs progrès vers l’autonomisation économique, il faudrait noter que leurs activités ne pourraient être développées que lorsqu’elles aient un accès viable aux crédits à travers les instituts des microfinances et les banques de la place. Un vrai partenariat gagnant-gagnant permettra aux femmes d’atteindre leur vision en termes d’entreprenariat et objectifs économiques durables.
Les thématiques de formations ont été dispensées au profit des femmes et des filles pour renforcer leurs capacités d’intervention et d’influences des pratiques en faveur des changements positifs.
C’est fort de ces constats dans le but de mieux orienter l’intervention pour un changement positif que Care Mali a engagé UNIVERS MANAGEMENT pour conduire une étude approfondie d’analyse participative relative au rôle des femmes dans le plaidoyer et l’inclusion financière. L’étude sera menée à travers des séries d’analyse participative sur la vulnérabilité des femmes, les contraintes/obstacles, affectant la situation socio-économique et culturelle des Femmes/Filles. Cette analyse permettra aux équipes des Projets GEWEP avec ses partenaires stratégiques (services techniques, élus, femmes des groupements/réseaux MJT, IFM) de développer de façon participative des stratégies et produits adaptés aux besoins spécifiques des femmes et des filles. Read More...

« ETUDE SUR LES DETERMINANTS DANS LES DROITS D’ACCCES DES FEMMES A LA TERRE DANS LES REGIONS DE SEGOU MOPTI ET TOMBOUCTOU »

Le Mali comme plusieurs pays de la sous-région ont entrepris des reformes, visant à assurer à tous les citoyens, y compris les femmes et les autres groupes marginalisés, un accès plus sécurisé à la terre et aux ressources naturelles. Malgré ces actions efforts, l’application sur le terrain des lois relatives au foncier connaît de sérieuses difficultés. C’est ainsi que depuis quelques années, les institutions internationales, les ONG dont Care, les groupes de pression et les associations de femmes réclament une meilleure prise en charge
par les autorités des véritables problèmes qui entravent l’accès équitable des femmes à la terre et aux autres ressources naturelles et qui constituent un obstacle à une meilleure productivité économique et au progrès social.
Pour Care les sociétés ne peuvent prospérer durablement quand la moitié de leur population voit ses droits bafoués. Il est donc nécessaire d’équilibrer les relations entre les femmes et les hommes. C’est dans cette perspective que CARE Mali a commandité une l’étude « Accès des femmes et des filles au foncier dans les zones d’intervention du projet PFE-GS », étude dont les résultats attendus sont les suivants :
o Les cause socio-culturelles et politiques qui déterminent les difficultés d’accès des femmes
et filles à la terre sont cernées ;
o Les causes/déterminants potentiels sont analysées et des leviers (axes d’intervention) sont
proposés au projet ;
o Les manifestations/conséquences de cette difficulté d’accès des femmes à la terre sur
leurs conditions de vie sont identifiées ;
o Les lacunes qui persistent dans ces stratégies/actions de plaidoyer sont identifiées et des
propositions de solutions pertinentes sont identifiées ;
o Les femmes ont donné leurs appréciations de cette situation ;
o Les actions de plaidoyer menées par les femmes sont identifiées ainsi que les effets de ces
actions ;
o Les solutions sont proposées pour améliorer leur situation. Read More...

ETUDE SUR LA VIOLENCE CHEZ LES JEUNES

La présente étude jeunesse & VBG vise à dresser un état des lieux de la violence chez les
jeunes dans les régions de Ségou, Mopti et Tombouctou au Mali, et à comprendre les causes,
les conséquences/ manifestations et les préventions des violences chez les jeunes.
Pour ce faire, Care Mali et ses partenaires le consortium AMAPROS & ASSAFE à Ségou,YAG TU à Mopti et enfin le consortium ARDIL/CAID à Tombouctou, ont constitué une équipe de recherche afin de conduire une vaste étude de recherche qualitative auprès des MJT, des hommes engagés, les communautés dans les régions de Ségou, Mopti et Tombouctou.
Une revue documentaire a permis de consulter plusieurs documents, mais, en dépit de cela, il est à noter que certaines données, notamment quantitatives, ne sont pas disponibles ou impossible de les obtenir auprès des services de l’état par manque d’existence d’une base de données.
La violence compromet le bien-être physique et psychologique des jeunes garçons et des filles. Cette situation peut avoir des effets psychologiques à long terme sur les enfants et provoquer des séquelles, des abandons scolaires et, ce faisant, compromettre la réalisation de l’Objectif du Développement Durable(ODD), de même que la participation pleine et entière des jeunes garçons et des filles à la marche de la société. La prévalence, la fréquence et l’intensité de la violence dans la société n’a pas encore fait l’objet d’une étude approfondie et systématique au Mali concernant uniquement la jeunesse comme cible Cependant, les études disponibles sur les violences révèlent qu’il conviendrait d’améliorer la situation dans la société, si l’on veut qu’elle devienne un environnement sûr et protecteur pour les jeunes. Read More...

RAPPORT FINAL IMPACT DES CRISES SUR AUTONOMISATION

Le projet PEF-GS est orienté vers la transformation sociale des relations de pouvoir en matière de : i) d’insécurité alimentaire et de la malnutrition des femmes et des filles en âge de procréer, les enfants de 0 à 5 ans, ii) la transformation des normes et rôles genre, des structures qui perpétuent les inégalités genre au sein du ménage et de la communauté pour une équité du genre. Le projet vise des stratégies de changements sociaux durables en travaillant avec les hommes comme alliées. Il contribue au renforcement des capacités et compétences des organisations de la société civile, engage avec elles des actions de défense des droits des femmes.

Le projet est exécuté dans un contexte affecté par les changements climatiques et les effets de la crise politico sécuritaire qui sévit au Mali depuis 2012. Il intègre des activités qui prennent en compte les changements climatiques, la capacité des ménages à renforcer leur résilience face aux crises climatiques et sécuritaire et la participation des femmes dans les prises de decisions communautaires surtout au niveau des instances de négociation et réconciliation pour la paix. Le projet couvre 30 nouvelles communes dans les régions de Ségou, Mopti et Tombouctou et vise une amélioration des conditions socio-économiques et politiques de 150000 femmes et filles de 15 à 49 ans vulnérables et /ou marginalisées dont 92500 filles des régions de Ségou, Mopti et Tombouctou. Read More...

Gender Equality and Women’s Empowerment Programme, GEWEP II 2016 – 2018 Burundi, Rapport de l’évaluation finale, Mars 2019

L’évaluation finale de GEWEP II (programme d’autonomisation des femmes exécuté depuis 2016 dans 7 provinces du Burundi et finance par NORAD via CARE Norvège) avait pour objectif de mesurer les progrès réalisés mais aussi les gaps qui restent à accomplir pour que le groupe d’impact (les femmes de 15-64ans de la zone d’intervention jouissent d’une autonomisation économique, sociale et politique effective. L’évaluation a permis une étude comparative entre la situation de référence (telle que présentées dans le rapport de l’étude de base) et la situation finale issue de l’analyse des données collectées sur terrain au mois de janvier 2018. La collecte des données pour l’évaluation finale a été faite sur un échantillon, quantitatif, représentatif de 774 personnes dont 406 femmes et 368 hommes. En plus de ces données quantitatives, des informations qualitatives ont été collectées auprès des groupes cibles et autres informateurs clés. Read More...

Gender Equality and Women’s Empowerment Program II (GEWEP II) 2016-2019 DRC Endline

Read More...

ROM Review: Initiative REVANCHE: Résilience et Adaptation aux Variabilités Climatiques, pour une Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle Durable au Tchad, Régions de Wadi Fira, Guera et Ouadaï.

PERTINENCE. La mise en oeuvre de l’action REVANCHE a confirmé la pertinence de la stratégie PRO-ACT Résilience qui a été à l’origine de sa conception et du choix du mode d’exécution du projet permettant la sortie de l’urgence et l’ancrage d’un développement durable au sein des communautés cible. Les réponses proposées sont appropriées pour satisfaire les besoins des bénéficiaires et soutiennent la Plan nationale de renforcement de la résilience des populations tchadiennes. La pertinence est maintenue tout au long de l’exécution car le projet répond aux besoins des plus vulnérables par des actions à effets immédiats par du cash qui permet l’accès
à l’alimentation et aux soins de santé.

EFFICIENCE. La mise en oeuvre s’est révélée efficiente et propice à une bonne progression vers la réalisation des résultats recherchés. Le projet a connu un retard dans son démarrage mais dont les causes relèvent, pour la plupart d’entre elles, de facteurs externes au projet lui-même.

EFFICACITÉ. Le projet a été efficace à livrer la majeure partie des produits planifiés, notamment ceux consistant en travaux et réalisations d’ouvrages physiques et en appuis méthodologiques et logistiques aux parties étatiques et ONG partenaires.

DURABILITÉ. La problématique de la durabilité se pose encore en termes de capacité des communautés à s’approprier les apports du projet. Quatre ONG nationales ont pris part à l’exécution du projet REVANCHE et ont bénéficié d’un paquet de formations et du coaching progressif de CARE et OXFAM. Mais les organisations communautaires de base (organisations paysannes, groupements féminins, artisans réparateurs de pompes, groupe pour le système d’alerte précoce, GIE d’ouvriers maçons, …) qui constituent le socle de la stratégie de durabilité de l’action sont encore à un stade embryonnaire et requièrent des appuis et une mise en réseau entre eux et avec les services publiques Read More...

Filter Evaluations

Clear all