French

PROMOTION DE LA SANTE DE LA MERE ET DE L’ENFANT (PSME) Final

La vaccination et les services de planification familiale sont deux composantes importantesdes soins de santé primaire. La plupart des femmes en période post-partum prolongée souhaitent retarder ou éviter d’autres grossesses mais beaucoup d’entre elles n’utilisent pas de méthode moderne de contraception. Une analyse des données provenant de plusieurs pays a montré que les besoins de contraception non satisfaits chez cette population étaient très importants, allant de 45 % à plus de 80 % des femmes en post-partum (Borda and Winfrey, 2008). La planification familiale permet aux couples d’avoir le nombre d’enfants qu’ils désirent et de choisir le moment et l’espacement des grossesses, ce qui permet d’améliorer la santé de la mère et de l’enfant [48 pages]. Read More...

When Time Won’t Wait (Spanish, French, and Arabic)

Humanitarian crises can offer a ‘window of opportunity’ to transform unequal gender relations and shift harmful gender norms. Integration of gender into humanitarian programming ensures that the specific vulnerabilities, needs, capacities and priorities of women, girls, men and boys — related to pre-existing gender roles and inequalities, along with the impacts of the crisis — are recognised and addressed.
Sound gender analysis and programming from the outset is critical to effective crisis response in the short-term, and equitable and empowering societal change in the long-term. CARE’s Rapid Gender Analysis (RGA) approach and tool, developed during the humanitarian response in Syria in 2013, aims to drive a shift to locally driven and women-centered needs assessment which influences how needs are defined and responses are developed. The approach aims to provide essential information about gender roles and responsibilities, capacities, and vulnerabilities together with programming recommendations in situations where time is of the essence
and resources can be scarce. The ultimate goal of such an approach is to influence humanitarian response, program design and implementation to ensure that it supports not only the immediate needs of women and girls but also upholds their rights. CARE’s RGA has now been used in over 50 crises around the word and is featured as good practice in the Inter-Agency Standing Committee’s (IASC) Gender Handbook for Humanitarian Action. With rapidly increasing interest in and adoption of CARE’s RGA approach, discussion and questions continue as to whether increased awareness of gender, power and disaggregated data sets are translating into safer, more responsive, and effective aid.
To answer these questions, CARE commissioned an external evaluation to ‘provide an analysis of the effectiveness and influence of the RGA approach on adapting programming to improve gendered outcomes for crises-affected communities.’ The scope of the evaluation was global and focused on rapid gender analyses and related humanitarian programming over the period 2015-2020. These are executive summaries in Spanish, Arabic, and French. You can find the full report in English here: http://careevaluations.org/evaluation/when-time-wont-wait-cares-rapid-gender-analysis-approach-external-evaluation/ Read More...

The Impact of COVID-19 on Women in Democratic Republic of Congo

Evidence worldwide indicates that women are disproportionately affected by the health and socio-economic impacts of intervention
measures applied for the control of COVID-19. Women make up the majority of the informal labour sector and are more likely to suffer job losses or reduced income as a result of closed borders, markets and shops, and restricted movement. Sexual and reproductive health services are often the first to face restrictions in terms of availability and access. School closures place an additional burden on women, who take on childcare responsibilities, including ensuring adequate nutrition. Girls who cannot go to school are at increased risk of sexual violence, pregnancy, and early marriage - a trend that was widely observed in areas affected by Ebola during the 2014-2016 epidemic in West Africa. Risks are exacerbated for women and girls living in the poorest households in remote rural areas.
Since the beginning of the COVID-19 outbreak in the Democratic Republic of Congo (DRC) in March 2020, mixed methods data produced by the Social Sciences Analytics Cell (CASS) and its partners presents a dynamic where pre-existing disparities between men and women in terms of health, social protection and economic status are being exacerbated by the outbreak and its response. This report presents an integrated multidisciplinary analysis of the impact of COVID-19 and its response on women and girls in the DRC, highlighting changes that have occurred since the beginning of the outbreak. The objective of this report is to provide evidence to support decision-making for strategies to respond to the outbreak to ensure that the health, protection and economic security of women and girls is prioritised. Read More...

COVID-19 Rapid Gender Analysis DR Congo

Depuis le début de l’épidémie déclarée le 10 mars 2020 jusqu’en date du 26 Aout 2020, le cumul des cas est de 9.915, dont 9.914 cas confirmés et 1 cas probable. Au total, il y a eu 255 décès (254 cas confirmés et 1 cas probable) et 9.020 personnes guéries.i
En RDC, la prévention et la réponse à la pandémie COVID 19 sont guidées au niveau National par un « Plan de préparation et de riposte à l’épidémie de COVID 19 » publié en début Mars 2020. Ce plan comprend 9 objectifs bien définis mais les aspects spécifiques aux questions de protection transversale et de genre sont faiblement développés.
Quoi que les données nationales qui renseignent sur la situation épidémiologique en RDC ne soient pas désagrégées par âge et par sexe, il est évident que les hommes, femmes, filles et garçons des différents âges, situations sociales confondues ne sont pas touchées de la même manière par la pandémie à COVID 19 surtout que déjà traditionnellement, il s’observe un déséquilibre entre les hommes, les femmes, les filles et les garçons au niveau des rôles, responsabilités, accès et contrôle, participation et prise de décision et au niveau des aspects de protection.
Dans le souci d’améliorer sa mise en oeuvre pendant la période de la pandémie, CARE I DRC a fait une analyse genre rapide période du 15 Avril jusqu’en fin Mai 2020. Une mise à jour a été faite sur base des informations recueillies le 18 Juillet 2020. Cette analyse qualitative vise à renseigner sur les problèmes spécifiques des femmes, hommes, filles et garçons pendant cette période de pandémie à COVID 19. Les éléments issus des données secondaires appuieront la triangulation des informations. Les thématiques d’analyse sont : rôles et responsabilités, accès aux ressources, services et l’information, prise des décisions, influence des croyances, sécurité, et sante / bien être. Les informations ont été recueillies dans les villes urbaines et cités rurales dans lesquelles CARE I mène des activités et a des bureaux et au moins 1 staff. Les provinces concernées sont le Nord Kivu (Beni, Butembo, Goma et territoire de Nyiragongo), Sud Kivu (Bukavu et Uvira) et la ville province de Kinshasa. Read More...

RAPPORT DEFINITIF BASELINE PROSPER II Thriving Cocoa Community Cargill

Cette étude dont l’objectif était de déterminer la situation actuelle des ménages producteurs de cacao dans les treize (13) nouvelles communautés sélectionnées du Projet PROSPER II sur les quatre (04) axes d’intervention du projet : (i) la gouvernance communautaire ; (ii) l’inclusion financière et des compétences entrepreneuriales des femmes ; (iii) la diversification des sources de revenus des ménages agricoles incluant la nutriton ; (iv) les solutions alternatives communautaires au travail des enfants ; afin que puissent être mesurés les changements qui interviendront après les trois (03) prochaines années de mise en œuvre, en utilisant la même approche, a démontré que la situation actuelle desdits ménages n’est guère réluisante. C’est ce que l’analyse des résultats combinés aux sources sécondaires et primaires notamment la collecte de terrain et les discussions de groupe nous permet d’indiquer. [97 pages]. Read More...

Niong Axe transversal Gouvernance et Gestion de proximité du projet Partenariat pour l’Apprentissage Final Evaluation

Le système éducatif haïtien fait face à des défis considérables sur le plan de l’accès, de la qualité et surtout de la gouvernance. CARE, par le biais du projet partenariat pour l’apprentissage, vise à appuyer les MENFP à adresser ces défis, avec une insistance sur l’amélioration de la gouvernance du système éducatif haïtien. Ainsi, dans l’axe gouvernance et gestion de proximité dudit projet, CARE cherche à créer, former et accompagner des structures de gestion de proximité. A travers cet axe, le projet vise à Renforcer la gouvernance scolaire et locale pour une amélioration de la qualité de l’éducation fondamentale en Haïti. De manière spécifique, le projet cherche à appuyer la mise en application d’un système scolaire décentralisé par le renforcement de capacité et l’implication des structures de gestion de proximité et des cadres locaux.
Les principaux résultats attendus de l’intervention sont : a) Les structures de gestion de proximité créées, renforcées et formées, élaborent, mettent en œuvre et suivent des plans d’action qui contribuent à la rétention et à l’équité de genre, b) Les structures déconcentrées de l’Etat et cadres locaux exercent leur leadership pour la bonne mise en œuvre de la politique éducative et sont plus redevables face à la communauté. Pour mettre en œuvre ce projet, une enveloppe d’un million six cent vingt-neuf quatre-vingt-onze euros (1,629,091.00 €) a été mobilisée avec une contribution de 50% de l’Agence Français de Développement (AFD) [43 pages]. Read More...

Evaluation finale du Project Sahel COVID-19 Response in Mali dans la Region de Mopti

Le projet « Sahel COVID-19 Response in Mali » a été mis en œuvre par l’ONG CARE International au Mali pour une durée de 6 mois allant du 1er Mai au 31 Octobre 2020 dans les cercles de Mopti, Bandiagara, Bankass, Douentza et Koro, dont 5 sites de déplacés. Il a ciblé 815 ménages directement pour les activités d’assistance et des dizaines de milliers pour celles de la sensibilisation. Les secteurs de réponse du projet comprennent le WASH, la Sécurité alimentaires, l’accès aux services de santé reproductive et le Genre & Violence basée sur le genre.
Cette évaluation finale a été commanditée afin d’établir le niveau d’atteint des indicateurs du cadre logique du projet en référence à l’étude de base et de disposer des caractéristiques des marchés [69 pages]. Read More...

SEMI-DURABLE SHELTER CONSTRUCTION AND THE TRIPLE NEXUS A study of the multisector ECHO-funded PAMUNOR project in southern Chad

LA CONSTRUCTION D’ABRIS SEMI-DURABLES ET LE TRIPLE NEXUS Une étude portant sur le projet d’assistance multi-sectorielle d’urgence financé par ECHO pour les réfugiés centrafricains et les communautés hôtes (PAMUNOR) au sud du Tchad

En novembre 2019, deux membres de l’équipe mondiale chargée des abris d’urgence de CARE International Royaume Uni a effectué une visite de deux semaines dans le sud du Tchad afin d’évaluer la composante Abris dans le cadre du projet PAMUNOR (Projet d’Assistance Multisectorielle d’Urgence pour les Nouveaux Réfugiés Centrafricains et des Communautés Hôtes) qui est financé par ECHO et géré par CARE Tchad. Ce projet cherche à promouvoir un environnement sûr et sécurisé, notamment en fournissant des abris semi-durables, et à favoriser les moyens de subsistance pour améliorer la sécurité alimentaire et atténuer les stratégies d’adaptation négatives adoptées par les réfugiés centrafricains (RCA) nouvellement arrivés, ainsi que par les membres vulnérables au sein de la communauté hôte. L’un des objectifs spécifiques visant à promouvoir un « environnement sécurisé » consistait à réduire les risques de violence basée sur le genre (VBG) et à assurer une médiation intra et intercommunautaire afin de garantir la coexistence pacifique – condition préalable indispensable à la protection et à la mise en œuvre de l’autosuffisance. L’évaluation s’est intéressée aux détails techniques et opérationnels de la composante Abris et a cherché à comprendre comment cette dernière s’intégrait à une approche programmatique plus large dans le contexte local. Elle a également examiné ses liens avec les différents mécanismes communautaires bénéficiant du soutien du projet. Le succès de la mise en œuvre s’explique par cette approche intégrée qui répond à la fois aux besoins urgents et fondamentaux en termes d’abris et de réduction des risques liés à la VBG, jette les bases pour la sûreté et la sécurité, et génère un environnement propice au développement des moyens de subsistance et favorable à la naissance d’aspirations et d’ambitions en termes d’éducation, de formation et d’apprentissage. Il est important de mentionner l’éventail de mécanismes qui a été mis en place par la communauté pour atténuer les conflits communautaires et la violence basée sur le genre, fruit d’un processus inclusif qui favorise la viabilité et l’appropriation. Les processus de renforcement de la coexistence pacifique, de la cohésion sociale et visant à favoriser l’intégration locale font partie intégrante de l’approche suivie par le projet, l’objectif recherché étant l’autosuffisance, et ils incarnent incontestablement le « troisième côté du triangle » au cœur du nexus Humanitaire-Développement-Paix. De ce point de vue, le projet permettrait de tirer de précieux enseignements programmatiques qui pourraient s’avérer pertinents dans d’autres contextes, au Tchad ou dans d’autres pays, connaissant des déplacements prolongés, un conflit communautaire de faible intensité, des besoins humanitaires et des opportunités de renforcement de la résilience, de l’autosuffisance et de la viabilité.

Two members of CARE International UK’s global Emergency Shelter Team conducted a two-week visit to southern Chad in November 2019 to evaluate the shelter component of CARE Chad’s ECHO-funded PAMUNOR project (Projet d’Assistance Multisectorielle d’Urgence pour les Nouveaux Réfugiés Centrafricains et des Communautés Hôtes / Project to provide multisectoral emergency assistance to newly displaced Central African Republic refugees and host communities). This project seeks to support safe and secure living environments, including through the provision of semi-durable shelters, and to stimulate livelihoods, improving food security and reducing negative coping mechanisms amongst newly arrived refugees from Central African Republic (CAR) as well as vulnerable members of the host community. A specific focus on supporting a “secure environment” was through reducing the risks of genderbased violence (GBV) and mediating within and between communities to ensure peaceful coexistence as a necessary pre-requisite for protection and the establishment of self-sufficiency. The evaluation was achieved by looking closely at the shelter component in technical and operational detail as well as by probing its connection to a broader programmatic approach within the local context and its links to various community mechanisms supported through the project. Effective implementation has been achieved through this integrated approach that simultaneously addresses urgent and fundamental needs for shelter and GBV-risk reduction while laying the foundations for safety and security and creating an enabling environment for the development of livelihoods and the growth of aspirations and ambitions for education, training and learning. Of particular note is the range of mechanisms to reduce community conflict and gender-based violence established through a highly effective community-led and inclusive process that brings sustainability and ownership. Processes of strengthening peaceful co-existence, social cohesion and stimulating local integration run through the project’s approach, seeking to catalyse self-sufficiency, and arguably represents the “third side of the triangle” within the humanitarian-development-peace nexus. In this regard, the project could provide valuable programmatic lessons to other contexts in Chad or elsewhere where protracted displacement, low-level community conflict, humanitarian needs and some opportunities for strengthening resilience, self-sufficiency and sustainability are present. [94 pages] Read More...

Haiti COVID-19 Rapid Gender Analysis

Suite à la propagation de la pandémie de la COVID-19 en Haïti qui a fait, jusqu’au 11 juillet 2020, 6727 cas de contamination et 139 morts, la population haïtienne, comme cela se passe au niveau mondial, est en train de subir les diverses conséquences de cette crise.
Certainement, celles-ci ne sont pas les mêmes partout dans le monde.
Elles changent avec la réalité socioéconomique des pays. Les retombées de cette crise sont de nature sanitaire, économique, psychologique et sociale. Cependant, les hommes et les femmes et les différentes catégories sociales ne sont pas affectés au même degré, selon leur niveau de vie, leur habilité (physique et mentale), leur orientation sexuelle et probablement d’autres facteurs qui ne sont pas pris en compte dans le cadre de l’enquête. L’Analyse Rapide Genre (ARG) vise à fournir des données et preuves sur les besoins
différenciés des femmes et des hommes par rapport à l'impact de la COVID-19 sur la vie des deux sexes en Haïti, en particulier les femmes qui représentent un groupe vulnérable et font face à de multiples discriminations. Cette démarche permettra de développer advantage des efforts sensibles au genre visant la prévention de la propagation de la COVID-19 par toutes les parties prenantes au niveau national, régional et local. En ce sens, l’ARG prend fondamentalement en compte les inégalités entre les sexes, les inégalités socioéconomiques, et tout ce qui peut engendrer des différences dans la manière dont les groupes sociaux sont affectés par la crise de la COVID-19. L’enquête qui conduit à cette analyse a été réalisée sur les dix départements géographiques du pays. Read More...

PROGRAMME DE RENFORCEMENT DES CAPACITES D’ACTIONS DES FEMMES

Leaders de l’agrobusiness en milieu rural dans la plupart des pays et représentant entre 70 et 80% de la main d’œuvre, les femmes se lancent dans diverses activités de production et sur les marchés de commercialisation des produits en s’efforçant de surmonter les inégalités de genre pour obtenir des succès durables. Mais leur situation est toujours défavorable par rapport à celle des hommes. Des données publiées en 2O15 par les Nations Unies sur cette situation montrent qu’elle est due entre autres à des pratiques discriminatoires à l’encontre des femmes . Or, l’amélioration des conditions de vie des ménages dépend en général de la contribution de chaque composante de la société, c’est à dire des hommes et des femmes.
Les femmes du Bénin à l’instar d’autres n’échappent pas à cet état des choses. En effet, elles ne sont pas toujours intégrées dans les prises de décisions à divers niveaux (ménage, communauté, etc.) en raison des stéréotypes et considérations qui les réduisent à l’obéissance voire à la soumission aux hommes. Depuis quelques décennies, des mutations s’opèrent et des efforts sont faits pour favoriser leur participation active dans la gestion des affaires de la cité et leur conférer l’autonomisation nécessaire à la cohésion sociale. Malgré ces efforts et les engagements pris par les Etats relativement aux ODD en faveur des femmes, leur accès aux ressources productives reste marginal et leur participation aux espaces de dialogue social encore très insignifiante.
Read More...

Filter Evaluations

Clear all